Notre mauvaise experience à la ferme de husky Aurora Austral

Rapide rappel de la situation

Nous sommes deux français et voyageons en amérique latine pendant plusieurs mois en 2014. Nous avons 35 ans et cherchions une expérience différente en volontariat.
Nous nous sommes inscrits sur le site Work Away afin de trouver une mission originale. Nous avons un coup de coeur sur une mission pour aller s'occuper de chiens de traîneaux dans le sud du Chili (Villarrica). Nous contactons Konrad Jakob à Aurora Austral et après plusieurs échanges positifs, démarrons la mission fin juillet en faisant notamment un détour de près de 1500km pour venir.

Ce qu'il s'est passé ensuite

Nous savions que la mission allait être dure. Nous nous étions préparés, c'était pire que ça.
Nous étions supposés alterner à 5 un travail dans la ferme en bas (confortable mais difficile) et dans la cabane sur le volcan (sans eau courante ni électricité). Dans les faits, nous y avons passé près de 60% de notre temps. Chaque trajet se composait de 1h de voiture sur une piste affreuse et 1h de trek assez raide et ce 2 à 3 fois par semaine. Ce qui était promis était de "faire partie de la famille" et d'être vite formé au sled pour pouvoir accompagner les clients.

S'occuper des chiens s'est parfaitement déroulé. Et ce, sans aucune formation et avec un minimum d'explications de leur part : en arrivant de Santiago après une nuit de car, nous étions seuls dans la cabane avec près d'une trentaine de chiens à gérer après 10 minutes passés avec eux.
Malgré les promesses et nos nombreuses demandes, nous n'avons jamais pu faire de traineau, hormis 30 minutes, pour ramener des affaires à la voiture. C'est pour nous notre plus grosse déception.
Nous n'avons eu que peu de communication avec Konrad Jakob ou Inga Schaab, la direction : appels quotidiens annulés, réponses laconiques par sms malgré nos questions, discussions evasives lors de nos rencontres... La nuit sur le volcan, alors que nous n'avions aucun moyen de communication extérieure, leur téléphone était coupé (en cas de problème de santé, je n'ose imaginer la catastrophe).



La conclusion de notre histoire

Du jour au lendemain après 4 semaines de travail sans repos, on nous explique de but en blanc que pour cause de mauvais temps, ils décident de fermer la cabane et d'annuler la course qui devait avoir lieu 3 jours après (et pour laquelle nous continuions à travailler pour les aider le matin même). Décision prise 2 jours avant, toujours sans nous prévenir. Nous les aidons alors à descendre les 30 chiens encore en sur le volcan dans un camion (2h30 d'efforts pour monter et descendre le volcan avec les chiens) et à tout ranger.
Le soir, ambiance froide à la ferme que nous supposons due à la décision de tout fermer, lourde de conséquence financièrement. Nous nous décidons, entre nous, de rester 2 ou 3 jours afin de nous retourner (se laver, faire une machine, réserver un billet d'avion...) et de continuer notre voyage.

Le lendemain matin, nous nous levons à 9h et signifions à Konrad Jakob que nous restons à sa disposition s'il avait besoin d'aide quelconque (réponse négative avec un sourire). A la première occasion, et sans raison réelle (nous sommes accusés de ne pas avoir préparé à déjeuner, alors que nous l'avions proposé), Konrad Jakob explose et nous dit : "Je crois que vous devriez vous en aller maintenant". Devant notre stupeur et incompréhension, il hurle "je veux que vous partiez dans 15 minutes, sinon j'appelle la police" (téléphone à la main). Nous sommes estomaqués et essayons de le raisonner, de demander des explications. Il commence alors à nous dire que nous sommes trop faignants, nous levant à midi tous les jours et avons été en retard 2 semaines auparavant de 30 minutes sur le trajet à la cabane (que nous ne connaissions pas). Premier retour négatif sur notre travail en 4 semaines après des remerciements quotidiens. Nous sommes dévastés devant tant de mauvaise foi et d'ingratitude, après 4 semaines intenses de travail (aller-retours réguliers à la ville, cuisine pour les clients, nettoyage des cabines airbnb, réception des clients, entretien de la ferme + chenil, soin particulier pour un chien épileptique pendant 3 nuits...) sans aucune contrepartie de sled (pas de paye, pas de jour de congé). Nous sommes virés tout juste après avoir travaillé toute la semaine dans la cabane (quand il avait besoin de nous) et avoir aidé à descendre les chiens la veille jusqu'en soirée.

Ce sera au troisième volontaire, Joe Randall, de nous escorter au bord de la route, avec interdiction formelle de nous laisser à la ville voisine, 10km plus loin, pour que nous puissions trouver un hotel. Nous sommes sidérés devant tant de malveillance.

Notre expérience a été désastreuse et nous apprenons également qu'elle n'est pas unique. Nous avons pris contact avec d'anciens volontaires qui ont connu pareil destin. Nous sommes les 3ème à partir, virés, cette saison (soit en 3 mois). 

N'hésitez pas à partager le plus possible cette article sur les différents réseaux afin de faire connaitre notre histoire. Je pense qu'il est important que les potentiels clients / volontaires savent avec qui ils vont voyager.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire